Le 1er mai : la fête du travail … pourquoi n’avons-nous pas tous congé ?

Le 1er mai : la fête du travail … pourquoi n’avons-nous pas tous congé ?

Nombreux pays la célèbrent mais on en connaît rarement l’origine.

L’idée d’une fête du travail voit le jour au moment de la Révolution française, mais c’est en Amérique qu’il faut aller chercher les origines du 1er mai et pourtant ce jour n’a jamais été férié aux États-Unis.

Le 1er mai 1886, alors que les syndicats américains lancent une action pour obtenir la diminution du temps de travail, la grève est violemment réprimée et des grévistes trouvent la mort à Chicago et d’autres sont condamnés à la pendaison.

En 1889, lors de la 2nd Internationale socialiste, les congressistes réunis à Paris, entrent dans la lutte pour la journée de huit heures,  ils décident qu’il sera « organisé une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail… » . Ils fixent la date du 1er mai comme journée de leur revendication. Ils commémorent ainsi les événements de Chicago. Dès 1890, les manifestants arborent un triangle rouge qui symbolise leur triple revendication: 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Puis le triangle sera remplacé par une fleur d’églantine qui sera par la suite remplacée par le muguet.

Le 1er mai prend vite un caractère international et revendicatif. Les travailleurs continuent ainsi à se battre pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

En 1920, Lénine déclare le 1er mai, journée chômée en URSS. D’autres pays suivront peu à peu.

Tour du monde des « 1er Mai » :

En Suisse, le 1er mai est férié officiellement dans huit cantons: les deux Bâle, le Jura, Neuchâtel, Schaffhouse, le Tessin, la Thurgovie et Zurich. Dans les cantons d’Argovie et de Soleure, on ne travaille souvent que jusqu’à midi. Les syndicats organisent des défilés dans l’après-midi ou en fin de journée, dans les cantons où ce jour n’est pas chômé. Certaines entreprises et organisations internationales des autres cantons accordent un jour de congé à leurs employés.

– Le 1er Mai est chômé par exemple chez nos voisins européens en Allemagne, en France, en Espagne, en Belgique, en Autriche et au Luxembourg, mais est généralement ouvré aux Pays-Bas.

– En Italie, on fête le 1er mai avec, en prime, un grand concert à Rome, qui réunit près d’un million de spectateurs. Des dizaines de milliers de Romains dansent dans la rue.

– Au Royaume-Uni, c’est le premier lundi de mai qui est férié et non le 1er mai.

– Dans les pays de l’Europe de l’Est, tels que la  Russie, la Pologne et la Roumanie, le 1er Mai est chômé. Néanmoins, les défilés solennels n’ont plus cours.

– Le Vappu, 1er mai finlandais, est férié et dignement, voire largement, célébré. Il est à la fois fête des étudiants, fête du travail, célébration de l’arrivée du printemps.

– L’Amérique du Nord (États-Unis et Canada), quant à elle, ne fête pas le 1er mai auquel elle préfère le Labor Day, qui tombe le premier lundi de septembre. Cette fête du travail à l’américaine ne fait volontairement pas référence aux événements de Chicago et aux droits des travailleurs.  En Amérique Latine, le 1er Mai est férié.

Pour revenir à la Suisse, cette année, la Fête du travail est placée sous le signe de la mobilisation pour la grève des femmes prévue le 14 juin. Plusieurs orateurs vont réclamer plus d’égalité, de respect et de salaire.

Sources : Swissinfo – Herodote – Wikipedia – Routard – Le Matin